24/01/12


Atherbéa : un appui au pilotage réussi
 
L’histoire de l’Atelier Atherbéa à Bayonne est riche en rebondissements.

D’abord Atelier d’Adaptation à la Vie Active attaché au CHRS géré par l’association Atherbéa, il est accompagné une première fois par Alter Conseil et devient Atelier Chantier d’Insertion en 2007, du fait des difficultés économiques rencontrées par l'AAVA. Fin 2008, malgré la transformation, l’Atelier traverse de nouvelles difficultés économiques, mettant en péril la pérennité de l’activité et des 14 emplois en insertion existant.
 
En 2009, l’association envisage de diversifier son activité pour rétablir l’équilibre financier et fait appel une deuxième fois au cabinet. Après un diagnostic approfondi, les responsables de l’atelier et Alter Conseil identifient deux raisons majeures aux difficultés rencontrées :
-       une faible rentabilité des produits fabriqués,
-       le manque de visibilité du chef d’atelier sur ses contraintes de production et de gestion.
 
Dès lors, deux actions sont menées :
-       une étude précise des coûts de fabrication
-       la création et la mise en place de tableaux bords de gestion, simples et adaptés à l’activité.
 
Très rapidement des décisions sont prises en interne : abandon de la fabrication de plusieurs produits non rentables, augmentation de tarifs et renégociation de conditions avec certains clients.
 
Parallèlement, les outils de pilotage qui sont co-construits avec le chef d’atelier et mis à sa disposition permettent d’améliorer la visibilité sur les seuils de rentabilité des produits, le suivi des impayés, l’évolution du chiffre d’affaires.
 
Une fois ces outils en main, l’atelier a pu s’orienter vers des marchés plus importants et augmenter la taille critique de ses commandes.
Parallèlement, le chantier a pu être conventionné pour neuf emplois en insertion supplémentaires, permettant ainsi de répondre à un carnet de commandes croissant.
 
Grâce à cette nouvelle vitalité, Atherbea a remporté un marché conséquent pour l’entretien des gares et signé une convention avec ERDF pour les travaux d'entretien de leurs transformateurs.
 
Aujourd’hui l’ACI, qui a largement redressé sa situation économique et financière, emploie 21 salariés en insertion, 3 permanents, et s’appuie sur l’expérience d’un administrateur bénévole dédié, Christian Murat.
La structure a réalisé en 2010 plus de 200 000 euros de chiffre d’affaires, et a dégagé sur le 1er semestre 2011 près de 45 000 euros d’excédent.
 
Conforté par cette réussite, l’atelier a choisi de se diversifier en se lançant dans la création de composteurs en bois à destination des collectivités locales. Ce produit, qui a fait l’objet d’un dépôt de marque, est rentable. Facile à fabriquer et à monter, il rivalise aisément avec les bacs à compost en plastique, inesthétiques. Après une phase d’étude du prototype et du marché, ce produit est prêt à être commercialisé.
 
Gageons qu’il aura certainement un bel avenir au sein de l’atelier Atherbea.
 
Pour en savoir plus, vous pouvez prendre directement contact avec Vincent ALLA, consultant.


23/01/12

 
Atherbéa : témoignage

La mise en place d’outils de pilotage est rarement prioritaire dans un ACI  dont l’objectif premier est naturellement l’accompagnement des hommes et des femmes dans leur démarche d’insertion.
 
Cependant, les difficultés économiques peuvent remettre en question la pérennité de la structure et fragiliser à nouveau la situation de ses bénéficiaires.
 
C’est le constat que fait Marc Suarez, chef de service ACI au sein d’Atherbéa : « En nous donnant les moyens de piloter sereinement l’atelier, Alter Conseil nous a permis de nous libérer des contraintes économiques inhérentes à l’activité et de nous consacrer pleinement à notre fonction première, l’insertion. Auparavant les services comptables et l’atelier étaient très cloisonnés ; aujourd’hui grâce aux tableaux de bords existants, j’ai en main les outils me permettant d’analyser les remontées d’informations que me transmet la comptabilité. En étant plus serein quant à l’avenir de l’atelier, l’accompagnement des salariés en insertion est de meilleure qualité ; on peut s’y consacrer pleinement ».
 
Les dates clés :
2007 : première intervention d'Alter Conseil : appui à la transformation de l’Atelier d’Adaptation à la Vie Active en Atelier Chantier Insertion.
Fin 2008 : deuxième intervention d'Alter Conseil : aides aux réponses aux marchés publics
2009 : troisième intervention d'Alter Conseil : Outils de gestion / diversification de l’activité
2010 : conventionnement pour 21 salariés en insertion et lancement de l’expérimentation de diversification de l’activité (composteurs en bois).


22/01/12

Activités supports dans l’IAE : quels critères pour ne pas se tromper
 
La solidité d’une Structure d’Insertion par l’Activité Economique (SIAE) repose sur trois piliers :
- La qualité de son projet d’insertion, - Son ancrage territorial, - La viabilité de son modèle économique.
L’activité-support d’insertion, pour les Ateliers Chantiers d’Insertion et les Entreprises d’Insertion principalement, influe énormément sur leur capacité à satisfaire à ces trois impératifs.

 Or, trop souvent encore, les acteurs peinent à définir clairement les critères sur lesquels fonder le choix de l’activité-support d’insertion. Pour les porteurs de projet, l’appétance pour une activité prime sur d’autres critères pourtant essentiels et pour les services d’Etat ou les collectivités, l’adéquation administrative de la demande d’habilitation peut parfois prendre le pas sur des considérations économiques ou d’adéquation aux caractéristiques et besoins socio-économiques du territoire.
 
Cette difficulté à définir les critères et à juger de l’adéquation de l’activité avec les contraintes du secteur peut se traduire par l’émergence de projets fragiles, qui ne remplissent pas correctement l’objectif d’insertion qui lui est pourtant assigné à la fois par son initiateur associatif et par les pouvoirs publics.
 
Quatre critères fondamentaux sont à prendre en compte pour juger de l’opportunité d’un projet IAE et doivent faire l’objet d’une étude préalable approfondie :
-          Son intérêt en termes d’insertion, au vu du contenu de l’activité support et des caractéristiques du territoire,
-          Sa viabilité économique, en termes de marchés accessibles et de modèle économique général,
-          Son ancrage dans le territoire du point de vue à la fois institutionnel et associatif,
-          Son adéquation avec les compétences et capacités du porteur de projet.
 
Plusieurs démarches concrètes peuvent être initiées par les acteurs publics au niveau local.
Elles permettent de renforcer les critères de choix des activités support ; elles améliorent ainsi la qualité des projets d’insertion, leur viabilité économique et par là même leur capacité à mener sereinement et durablement leur projet d’insertion :
-          La systématisation des études d’opportunité et de faisabilité préalable à l’émergence de nouveaux projets ou de diversification d’activité,
-          La définition précise des critères d’adéquation du projet à la politique IAE du territoire et aux impératifs de gestion : grâce à une batterie d’indicateurs simples, les porteurs de projet sont en capacité d’auto-évaluer leur projet en amont et les acteurs publics et partenaires du CDIAE portent un regard plus affûté sur les projets soumis et justifient plus facilement leurs prises de décisions.

Parallèlement aux travaux menés par le cabinet en matière d’études de faisabilité et d’appui aux acteurs publics et afin de consolider nos méthodes, le cabinet a engagé en 2011 un travail de capitalisation, en constituant, à la manière des fiches de l’Agence Pour la Création d’Entreprise, des analyses synthétiques de plusieurs activités supports.
Elles reprennent les contraintes réglementaires propres à l’activité, les principales caractéristiques de son modèle économique, son intérêt en termes d’insertion, les compétences nécessaires à la mise en œuvre du projet et les facteurs de vigilance et de succès de l’activité.
 
Cette démarche, pour le moment embryonnaire, a vocation à être étendue, exploitée dans le cadre de nos missions et partagée avec les acteurs investis dans le domaine de l’IAE.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter Axel GOURSOLAS, directeur associé.


29/06/11
 


Les P'tits Cageots :
un projet à essaimer ?


Les P’tits Cageots sont une belle aventure dans le domaine de l’économie sociale et solidaire et plus particulièrement de l’insertion par l'activité économique.
 
A l’origine, Ali Yaici dont le souhait est « d’entreprendre autrement » choisit de créer une activité alliant insertion et économie : il crée un service novateur de commande par internet et de livraison à domicile de produits alimentaires à valeur ajoutée sociale et en circuit court : légumes biologiques issus de jardins d’insertion, produits provenant des professionnels locaux ou du commerce équitable, etc…
 
En termes de positionnement commercial, les maîtres mots du projet sont diversité des produits, proximité géographique (approvisionnement direct auprès des producteurs locaux) et qualité du service à la clientèle.
 
En plus d'être une entreprise à l'activité innovante, l'association les P’tits Cageots est également conventionnée Entreprise d'Insertion, ce qui implique que son objet est de contribuer activement à l'insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté d'insertion. 

L'activité propose en effet des opportunités intéressantes de qualification et d’apprentissage aux 7 salariés en insertion : métiers de la logistique, du transport, contact avec la clientèle, gestion de stocks,…
Et un projet de laboratoire de transformation de denrées alimentaires est en cours…
 
Même s’il s’agit d’une entreprise jeune (démarrage de l’activité en octobre 2009) et qu’il existe peu d’activités de ce type dans l’IAE, les premiers mois ont permis de rapidement tester l’activité et de professionnaliser les pratiques.
Les premiers résultats économiques sont très satisfaisants : une moyenne de 80 livraisons par jour, un chiffre d’affaires moyen qui atteint 70 000 euros par mois au premier semestre 2011, et un équilibre économique (condition sine qua non à la pérennité de l'entreprise et à la mise en oeuvre de son projet d'insertion) atteint dès la première année.
 
Signe de cette réussite en devenir, la Communauté Urbaine de Bordeaux leur a décerné le « prix coup de cœur de l’initiative sociale et solidaire 2010 ».

L’activité support des P’tits Cageots intègre plusieurs dimensions intéressantes pour une Entreprise d’Insertion : des compétences transférables fortes, une activité qui nécessite peu de qualifications initiales pour les salariés en insertion, un modèle économique aux contours clairement établis, un marché atomisé entre une multitude de clients et répondant à des besoins récurrents, un mode de commande et de distribution innovants qui correspondent à l’attente de la clientèle, une dimension développement durable à la fois environnemental et de soutien à l’économie locale,…

Au vu de sa réussite actuelle et des intérêts de son modèle, peut-être cette jeune entreprise donnera-t-elle des idées à d’autres créateurs d’entreprise d’insertion en herbe…
 
                                               Axel GOURSOLAS, gérant-consultant
                                               axel.goursolas@alterconseil.fr
 

Pour une commande ou simplement par curiosité :
www.lesptitscageots.fr/

 


28/06/11

Les p'tits cageots : témoignage 

Ali Yaici raconte son envie d’entreprendre autrement, de donner une dimension sociale à son projet économique, mais aussi les premiers mois « de galère » face à une activité entièrement nouvelle et qui ne possède aucun modèle économique comparable : « On a du tout inventé… ».


Aujourd’hui il parle d’une réussite collective et de la confiance des partenaires qui l’ont accompagné (financeurs, producteurs, cabinet de conseil).

L’accompagnement à la création mandaté par le DLA de Gironde et mené par Alter Conseil a permis de prendre du recul sur le projet, de s’interroger objectivement sur les atouts et les risques potentiels.
« Le travail réalisé avec Alter Conseil a été basé sur une vraie relation de confiance. C’est cette confiance qui nous a permis d’échanger en vérité et d’entendre les conseils du cabinet ».
 
Les dates clés :

2008 : émergence de l’idée et définition du projet
Septembre 2008 : accompagnement à la création du projet par Alter Conseil (juridique, marketing, organisation, …)
Juin 2009 : conventionnement du projet comme entreprise d’insertion
Octobre 2009 : démarrage avec 5 salariés en insertion
2010 : atteinte de l’équilibre économique et passage du nombre de salariés à 12
2011 : ouverture d’un magasin producteur


27/06/11

AUDASSO,
outil d'audit dédié aux associations
 
Auditer une association est un exercice aux contours spécifiques. En effet, même si le fonctionnement associatif a des points communs avec celui des entreprises du secteur marchand, il s’en distingue par la majorité de ses finalités et de ses caractéristiques.
 
Les associations ont généralement  une vocation plus complexe, pouvant être à la fois d’utilité collective et militante, mais aussi économique ou sociale.
 
Leur mode de gouvernance est spécifique et fondé sur des prises de décision collective et/ou le bénévolat. Elles sont soumises à des réglementations particulières et s’appuient généralement sur une multiplicité des partenariats (publics, locaux, associatifs, marchands,...).
 
L’audit peut constituer un excellent outil pour mieux appréhender la réalité du fonctionnement d’une association, identifier ses points de fragilité et définir clairement les améliorations à apporter à son fonctionnement, qu’il soit mandaté par la structure elle-même, par une collectivité, un service d’Etat ou un réseau fédératif.
 
Néanmoins, la méthode d’audit qui est appliquée à une structure associative, qu’il s’agisse d’un audit global ou d’audits plus spécialisés (stratégique, RH, financier, qualité, …), ne peut pas être une simple transposition des techniques et référentiels appliqués au secteur marchand.
 
Aussi, Alter Conseil a-t-il conçu AUDASSO, une méthode d’audit spécifiquement adaptée au secteur associatif.
 
AUDASSO se fonde sur :
  • cinq champs d’audit fondamentaux (gouvernance et pilotage, mission et évaluation, gestion économique et financière, gestion des ressources humaines, communication et partenariats)
  • des référentiels spécifiques et leur adaptation systématique à la structure auditée,
  • une sélection resserrée d’indicateurs éclairants pour une vision synthétique des axes de questionnement et des risques,
  • le recours systématique à un auditeur spécialiste du secteur associatif,
  • des analyses ciblées et orientées vers la construction des plans d’actions stratégiques et opérationnels.
Pour les situations d’urgence et présentant des risques de survie associative, Alter Conseil a également conçu AUDASSO Flash, un audit des risques économiques et financiers, réalisable en moins de quinze jours et permettant de disposer d’indicateurs précis et d’un plan d’action opérationnel ciblé.
 
 
Pour plus d’informations
axel.goursolas@alterconseil.fr